Compte rendu Salon International O.S.E / jour 4

Date : Samedi 15 Septembre 2018
Objet : Cadre légal de l’entrepreneuriat au Bénin
Site : Chambre du Commerce et de l’Industrie du Bénin
Nombre de participants : 517 personnes 


Le premier atelier à débuter à 10heures 15minutes.

Panel 9 : Constats et problématiques

Ce panel s’est déroulé entre 10h15 et 12h30 et a été modéré par Mr MIGAN accompagné de Mr KOWIYI(APIEX)et Monsieur fidèle DONFON.

Monsieur KOWIYIcommence sa communication par la présentation de l’APIEX, ses missions et objectifs.Il faut noter que L’APIEX est la principale porte d’entrée pour tout exportateur du Bénin, il y existe un Guichet unique qui s’occupe de :

  • la formalisation des entreprises ;
  • L’enregistrement de toutes les entreprises, personnes physique morale ;
  •  L’enregistrement de tous les documents.

Ensemble avec le MCA-Bénin,de nouvelles réformes ont été induites à travers la mise en place d’une plateforme électronique qui facilite la procédure de création d’entreprise en permettant la présence de toutes les administrations au guichet ainsi que la diminution des frais liés à la création d’entreprise. Il y a également la mise en place d’une plateforme de formalisation des entreprises en ligne à travers le lien ‘’www.monentreprise.bj’’.

Apres avoir parlé des différentes formes d’entreprises, nous avons échangé avec Monsieur Fidèle DONFONà propos des implications légales et fiscales de chacune de ces types d’entreprise. Ce qui introduit aisément les panels suivants.

Panel 10 et 11 : Les impôts et l’Entrepreneuriat/ Propositions de solutions aux difficultés fiscales modéré par Monsieur MIGAN et présenté par Monsieur RUSTIKO (fiscaliste) et Monsieur KOWIYI (APIEX). Il s’est tenu entre 13h et 15h.

Il faut noter au prime abord que l’impôt a été constitué et recommandé par la constitution du 11 décembre 1990, qui stipule que l’impôt est un prélèvement obligatoires’imposant aux citoyens qui ont l’obligation de payer l’impôt dès qu’ils exercent une activitéafin de contribuer aux différentes charges de l’Etat. Il est proportionnel à votre revenu et est greffé dans votre entreprise dès que vous avez le courage de créer une entreprise en République du Bénin. Il sert à construire les hôpitaux, les routes, les écoles et nous assure un environnement de meilleure qualité.
Un accent particulier a été mis sur le caractère impartial et sur le fait que  la sous information entraîne les entrepreneurs à avoir une mauvaise impression de l’impôt. Il y a maintenant un département spécialement créé pour prendre les plaintes des contribuables et y apporter des solutions.De la création d’une entreprise découle trois obligations fiscales à savoir :
  • L’obligation de déclaration ;
  • L’obligation de paiement ;
  • L’obligation de tenue des livres comptables obligataires qui sont :le livre journal, la balance, le grand livre et le livre des inventaires.
Il faut noter que s’il y a défaut de tenue ou d’absence des livres fiscaux, l’amende s’élève à 1.000.000 FCFA car cela constitue une infraction. Il a été souligné l’importance des obligations sociales de l’entreprise qui consiste en la déclaration des salariés d’une entreprise auprès de la Caisse nationale de la sécurité sociale. Les jeunes entreprises sont exonérées de l’impôt sur salaire pendant une durée de 1an.
Pour conclure il faut retenir que lorsque l’Entrepreneur ose créer une entreprise il doit oser payer les frais fiscaux. L’administration fiscale n’est pas un frein à l’entrepreneuriat et il y aura de nouvelles réformes pour pouvoir amener les entrepreneurs à se formaliser.
Finalement il a été retenu que l’idéal est de commencer d’abord avec les moyens de bord et aller à la formalisation au fur et à mesure que les activités deviennent stables.
Les représentant de la DGI sont venus à la fin du panel mais ont quand même pu rencontrer de façon privée les participants et les visiteurs.

Atelier 1 : Climat des Affaires au Bénin : Information pratique pour les 
Investisseurs par Mr Octave DOSSA qui s’est déroulé entre 15h40 et 17h00 
Dans le cadre de l’amélioration du climat des affaires au Bénin, plusieurs initiatives ont été lancées. La mise en place et la restructuration de l’APIEX constituent les premières étapes de l’amélioration du climat des affaires. C’est la raison pour laquelle le gouvernement a jugé utiles les nouvelles réformes. La mission de l’APIEX doit aboutir à la création de nouveaux emplois, et de nouvelles entreprises. En matière des réformes, il a entre autre énuméré : 
  • La transformation des zones Franches Industrielles en Zones Economiques Spéciales.
  • Les réformes de business : pour illustration en 2017 dans une évaluation de green business, un instrument de la Banque Mondiale qui permet d’évaluer la facilité à mener des affaires dans tous les pays du monde, le Bénin a occupé le 155ème rang sur 190. Dans le rapport de 2018, le Bénin a gagné 4 point soit 151ème. C’est la preuve que les efforts et les outils mis en place portent leurs fruits.
  • La dématérialisation des procédures afin de lutter contre la lourdeur administrative et la corruption.
  • Les réformes engagées pour faciliter la création des entreprises :
    • Les coûts de création ont été considérablement réduits.
    • D’ici la fin de l’année 2018, un délai de 4 heures pour la création d’une entreprise est visé.
    • Dans le domaine du foncier, le délai d’obtention du titre foncier est de 120 jours au plus et le permis de construire réduit de 30 à 15 jours désormais.
    • La suppression de visas d’au moins 40 pays vers la destination Bénin.
    • Le nouveau code d’investissement permettra aux investisseurs de bénéficier des facilités fiscales et la réduction des régimes fiscaux de 6 à 3.

Au même moment devrait se tenir un autre atelier dont le thème est : Partition de l’ANPME dans les chaînes de valeur ajoutées, exploitation des chaînons manquants. Cet atelier n’a pas pu tenir en raison de l’absence des cadres de l’ANPME.


Atelier 2 : Communication de lancement d’une Start Up par Mme Kadidjath CHITOU, qui s’est déroulé entre 17h10 et 18h30.

La présentation s’est tenue sur l’explication de la communication et les diverses étapes d’un plan de communication.

Il faut noter qu’après avoir réuni les moyens financiers, logistiques et humains nécessaires à la création de l’entreprise, il faut promouvoir le produit.

La communication est l’ensemble des stratégies mises en œuvre pour faire la promotion d’un bien ou service. Elle comprend deux parties à savoir :

  1. L’image de la marque qui est la représentation du produit ou service perçu par le public cible. Elle est constituée du Nom, du Logo et du Slogan. Il faut que ces trois éléments soient mémorisables et identifiables facilement.
  2. Le plan de communication qui permet de choisir les meilleures stratégies et les tactiques à mettre en place pour atteindre le public cible. Mais avant il faut établir le diagnostic de communication qui permettra de savoir où démarrer ses objectifs. Pour les diagnostics de communication, la méthode la plus conseillée est celle des 5W (Who, Why, What, When, Where). Le plan de communication a un certain nombre d’étapes qui s’explique par le cycle de communication intégré à savoir :
  • La compréhension de l’environnement ;
  • La planification ;
  • La création ;
  • La communication ;
  • La mesure.

    Les différentes étapes d’un plan de communication sont :

    1. Définir le contexte : Il faut se questionner sur le problème à résoudre, le défi à relever.
    2. Analyse de la situation : C’est le diagnostic, évaluer les opportunités possibles, établir les forces et faiblesses, évaluer la force et les faiblesses de ses concurrents, connaitre son positionnement sur le marché, déterminer les comportements de son public cible.
    3. Définir les objectifs. En communication les objectifs se regroupent souvent sous trois grands axes : faire connaitre, sensibiliser ou informer sur un produit.
    4. Public cible : Plus les cibles seront précises et en lien avec les objectifs fixés, plus les actions seront percutantes.
    5. Établir une stratégie de communication : Le rôle d’une stratégie c’est entre autre de planifier les différentes actions. Il faut établir les bons outils, choisir de bons influenceurs et des leaders d’opinion qui auront un impact.
    6. Déterminer les moyens : Il est important de bien sélectionner les outils de communication les mieux adaptés pour atteindre ses objectifs.
    7. Élaborer le message : Chaque outil de communication, qui a été précédemment établi, correspond à un message distinct. La conception du message est d’une haute importance.

      Budget : Il est important d’évaluer quels sont les besoins en ressources humaines, financières et matérielles pour chacun des moyens de communication qui seront déployés.

      Simultanément s’est tenu l’atelier suivant:

      Atelier 3 : Les espaces de travail partagés, les accompagnements et services proposés animé par Mme CODJA

      Les espaces de travail partagé sont des espaces où plusieurs entreprises ou Start up se regroupent afin de partager un espace de travail et de profiter de l’expérience et des idées de leurs pairs. Ils permettent la rencontre des personnes du même domaine ou des domaines complémentaires. Ce sont des lieux innovants, une solution de démarrage.On y propose entre autres :

      • Un espace de travail et/ou une adresse ;
      • Des équipements ;
      • Une administration ;
      • Salle de réunion, de conférence ;
      • De l’encadrement ;
      • Etc. 

        Elle énumère ensuite les deux types d’espace de travail qui existe: 

        • Les espaces encadrés :
          • les couveuses ;
          • les incubateurs ;
          • Les pépinières d’entreprise.
        • Les espaces indépendants pour travailler.

          Les incubateurs ou accélérateurs sont des structures d’accompagnement des projets. Elles accompagnent généralement les Start-up pendant 2 ou 3 ans après leurs créations.

          Les couveuses accueillent les entreprises qui n’existent pas encore sous leurs formes juridiques. Elles sont sous la société qui les abrite.

          Les pépinières d’entreprise permettent de se regrouper et d’avoir un espace pour évaluer.

          Le Co-Working est une forme d’incubateur allégé. Ces solutions innovantes présentent des avantages financiers, matériels et autres.

          Pour mettre fin à sa communication, elle présente l’espace LENCOS dont elle est la promotrice. Elle a exposé ses objectifs et son fonctionnement. C’est un espace de co-working à vocation multiple. Elle incite les entrepreneurs à se rapprocher d’eux pour connaitre mieux leurs différents services.

          Autour de Mr Bruner NOZIERE de prendre la parole, pour exposer le co-working space selon le modèle américain. Il donne l’exemple de plusieurs co-working dans d’autres pays, leurs structurations, leurs aménagements, et leurs modes de fonctionnement. L’idée des Co-Working de nos jours est de mettre les personnes à l’aise pour se sentir comme chez eux. Il a tenu aussi à revenir sur les notions d’incubateur et d’accélérateur et à faire remarquer leurs différences.

          La soirée s’est clôturée avec un Business afterwork, qui s’est déroulé au jardin de CANELYA. Le thème était : 20 opportunités d’affaires à saisir. La soirée était consacrée aux opportunités d’affaires qui étaient présentéespar chacun selon son secteur d’activité. Ce fût un échange de vis-à-vis qui a pris fin à 22h15 sur un échange avec le promoteur.